Argentine, Dure défaite des Kirchner

 

Por Suzanne Thiais

 

  +

 

Le parti au pouvoir, Frente para la Victoria, a subi une dure défaite dimanche aux élections législatives de mi-mandat de Cristina Kirchner, perdant ainsi la majorité absolue au Congrès. Cinq circonscriptions ont fait pencher la balance électorale

 

Cinq circonscriptions du pays détiennent de par le poids en nombre d’habitants les résultats électoraux en Argentine. La principale (40% de l’électorat national), est la province de Buenos Aires avec la large couronne de la capitale qui concentre les quartiers, à l’ouest et au sud, les plus défavorisés. Dans celle-ci le péroniste « dissident » Francisco de Narvaez, qui pour l’occasion s’est allié à Francisco Macri maire de la ville de Buenos Aires, a obtenu 34,52% des voix face au 32,17% de l’ex président Kirchner. En troisième place avec 30,33% des voix, le parti Acuerdo Cívico et Social (alliance de plusieurs partis de gauche) avec Margarita Stolbizer en tête. La ville autonome de Buenos Aires, traditionnellement anti-péroniste, a vu la grande victoire de Gabriella Michetti (Pro) qui avait renoncé à ses fonctions de vice-gouverneur élue, pour pouvoir se postuler à un siège de député. La grande surprise a été le résultat obtenu par Fernando Pino Solanas (Proyecto Sur) ancien cinéaste et péroniste de gauche qui est arrivé en seconde place avec 24,21% des voix, devant Alfonso Pratt Gay (Acuerdo Civico y Social), ancien président de la Banque centrale.

 

Lutte serrée à Santa Fé et large victoire à Mendoza et à Cordoba de l’opposition

 

Santa Fe est la seule province argentine gouvernée par le Parti socialiste. Et c’est le péroniste « dissident » Carlos Reutemann, candidat à sénateur qui l’a remporté sur le socialiste Rubén Giustiniani, poulain du gouverneur Hermes Binner : 41,08% des voix et 40,59% respectivement. A Mendoza, le fief du vice-président Cobos, le Fte. Cívico Fedral UCR-Confe qu’il parrainait, a obtenu une brillante victoire sur le parti du gouvernement aussi bien pour l’élection de députés que pour celle de sénateurs, avec 50% des voix. De même, à Cordoba, les deux partis de l’opposition ont remporté de haute main la victoire cumulant presque 60% des voix.

 

Pourquoi ces législatives sont si importantes ?

 

Au delà de la composition du Congrès dont les nouveaux élus ne prendront leurs fonctions que le 10 décembre, les résultats de ces élections posent une question cruciale : quelle sera l’attitude du gouvernement face à un amoindrissement de son pouvoir dans un contexte économique de récession ?  "Il y a un message des urnes : le cap doit changer", a noté le politologue Rosendo Fraga Le 29 au soir, Cristina et Nestor Kirchner se sont réfugiés  au 19ème étage dans la suite présidentielle, et n'ont fait aucune déclaration jusqu’à 2h du matin où Nestor Kirchner a annoncé avec une triste mine qu’ils avaient été battus par "Une toute petite différence"

 

Lundi après-midi il annonçait à travers une vidéo enregistrée le matin à la quinta de Olivos renoncer à la présidence du Parti justicialiste. C’est Daniel Scioli, gouverneur de la province de Buenos Aires qui assurera la présidence par intérim.


Portada